fbpx

Jours Fériés et Ponts

 

 

A l’exception du 1er mai, le repos des jours fériés n’est pas légalement obligatoire, sauf pour les jeunes de moins de 18 ans et les apprentis.

Les heures perdues à l’occasion du repos d’un jour férié ne peuvent pas donner lieu à récupération. Il n’est donc pas possible de faire travailler le salarié un autre jour pour compenser le repos accordé le jour férié (art. L. 3133-2 CT).

Lorsque le jour férié est travaillé, il ne donne lieu à aucune majoration de salaire, sauf disposition plus favorable.

Lorsque le jour férié n’est pas travaillé, c’est-à-dire chômé, il est payé dès lors que les salariés totalisent au moins 3 mois d’ancienneté. C’est la seule condition qui peut être exigée.

Cependant, cette condition d’ancienneté ne s’applique ni aux salariés intérimaires (art. L. 3133-3 CT) ni aux salariés permanents.

Les salariés intérimaires bénéficient des jours fériés et des ponts dans les mêmes conditions que les salariés permanents de l’EU, en vertu du principe d’égalité de traitement.

 

TEXTES DE REFERENCE :
Loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 – art. 8
Loi n° 2012-387 du 22 mars 2012 – art. 49
Circulaire DRT n° 2000-07 du 6 décembre 2000
Circulaire DRT n° 2000-03 du 3 mars 2000
Circulaire DRT n° 94-4 du 21 avril 1994
Circulaire DRT n° 92-14 du 29 août 1992
Circulaire DRT n° 18-90 du 30 octobre 1990
Avis d’interprétation du 4 avril 1990
Accord de branche du 23 janvier 1986

 

SOMMAIRE

FICHE 1 DEFINITION DES JOURS FERIES                                                                            

  1. Quels sont les jours fériés ? 
  2. Existe-t-il des dispositions spécifiques en Alsace-Moselle ? 
  3. Existe-t-il des dispositions spécifiques en outre-mer ? 
  4. Quel jour férié appliquer en cas de mission à l’étranger ?  

FICHE 2 BENEFICE DES JOURS FERIES CHOMES                                                            

  1. Conditions pour bénéficier du maintien de rémunération des jours fériés chômés 
  2. Comment sont fixés les jours fériés chômés dans l’entreprise ? 
  3. Existe-t-il une condition d’ancienneté pour le paiement des jours fériés chômés ? 
  4. Cette condition d’ancienneté s’applique-t-elle aux salariés permanents ? 
  5. Cette condition d’ancienneté s’applique-t-elle aux salariés intérimaires ?
  6. Peut-on prévoir une période de suspension du contrat de travail pour le jour férié ? 
  7. Incidences des absences pour le paiement des jours fériés chômés 
  8. Que se passe-t-il lorsque le jour férié tombe pendant les congés payés ? 
  9. Que se passe-t-il lorsque le jour férié tombe pendant une période de suspension du contrat ? 
  10. Que se passe-t-il lorsque le jour férié tombe le jour de repos du salarié ? 
  11. Que se passe-t-il lorsque le salarié est malade pendant un jour férié ? 


FICHE 3 REMUNERATION DES JOURS FERIES CHOMES                                                    

  1. Le jour férié chômé compris dans la mission du salarié intérimaire doit-il être payé ? 
  2. Sur quelle base le jour férié chômé doit-il être payé ? 
  3. Le salarié intérimaire doit-il être présent la veille et le lendemain du jour férié pour prétendre
    au paiement du jour férié ?                                                                                                  
  4. Que se passe-t-il si le jour férié se situe entre 2 missions dans l’EU ? 
  5. Les jours fériés entrent-ils dans le calcul des heures supplémentaires ? 
  6. Les jours fériés sont-ils comptabilisés pour l’acquisition des JRTT ? 
  7. La rémunération du jour férié bénéficie-t-elle des allègements de charges sociales ? 


FICHE 4 JOURS FERIES TRAVAILLES                                                                             

  1. Les jours fériés peuvent-ils être travaillés ? 
  2. Existe-t-elle une dérogation au chômage du 1er mai ? 
  3. Les jeunes salariés peuvent-ils travailler les jours fériés ? 
  4. Comment sont payés les jours fériés travaillés ? 


FICHE 5 PONTS                                                                                                                    

  1. Existe-il une réglementation particulière pour les ponts ? 
  2. Les salariés intérimaires bénéficient-ils du pont payé sans récupération dans l’EU ? 
  3. Un pont payé peut-il être récupéré ? 
  4. Les salariés intérimaires bénéficient-ils du pont payé avec récupération dans l’EU ? 
  5. Dans quelles cas le salarié intérimaire ne peut-il pas bénéficier du pont payé avec
    récupération dans l’EU ? 
  6. Peut-on prévoir sur le contrat que le salarié intérimaire ne travaillera pas le jour du pont et ne sera pas payé ? 

 

FICHE 1 : Définition des jours fériés

 

  1. Quels sont les jours fériés ?

Sont des jours fériés, les fêtes légales suivantes (art. L. 3133-1 CT) :
– 1er janvier
– Lundi de Pâques
– 1er mai
– 8 mai
– Ascension
– Lundi de Pentecôte
– 14 juillet
– Assomption
– Toussaint
– 11 novembre
– Jour de Noël 

  1. Existe-t-il des dispositions spécifiques en Alsace-Moselle ?

En plus des jours fériés de droit commun, dans les départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut- Rhin, sont considérés comme jours fériés (art. L. 3134-13 CT) :
– Vendredi Saint dans les communes ayant un temple protestant ou une église mixte
– 26 décembre

Un décret peut compléter la liste de ces jours fériés compte tenu des situations locales et confessionnelles.

  1. Existe-t-il des dispositions spécifiques en outre-mer ?

En plus des jours fériés de droit commun, dans les DOM, à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin, les journées de commémoration de l’abolition de l’esclavage sont des jours fériés (art. L. 3422-2 CT) :
– 28 mars à Saint-Martin
– 22 mai en Martinique
– 27 mai en Guadeloupe
– 10 juin en Guyane
– 9 octobre à Saint-Barthélemy
– 20 décembre à La Réunion 

  1. Quel jour férié appliquer en cas de mission à l’étranger ?

Lorsqu’un salarié effectue une mission à l’étranger, c’est le droit du pays du lieu de mission qui s’applique. Le salarié pourra donc bénéficier des jours fériés locaux mais ne pourra pas bénéficier des jours fériés français, sauf dispositions conventionnelles plus favorables.
Ex : Un salarié est en mission en Allemagne du 5 au 15 novembre. Il devra travailler le 11 novembre car ce jour férié français n’est pas férié en Allemagne, il s’agit donc d’un jour normal de travail pour le salarié.

 

FICHE 2 : Bénéfice des jours fériés chômés

 

I. Modalités de fixation et conditions pour bénéficier du maintien de rémunération des jours fériés chômés

  1. Comment sont fixés les jours fériés chômés dans l’entreprise ?

Un accord d’entreprise ou d’établissement ou, à défaut, une convention ou un accord de branche définit les jours fériés chômés (art. L. 3133-3-1 CT). La convention collective du travail temporaire ne définit pas les jours fériés chômés pour les salariés permanents.
A défaut d’accord, c’est l’employeur qui fixe les jours fériés chômés (art. L. 3133-3-2 CT).

Concernant les salariés intérimaires, l’ETT devra se rapprocher de l’EU pour connaître les dispositions applicables relatives aux jours fériés chômés dans son entreprise.

  1. Existe-t-il une condition d’ancienneté pour le paiement des jours fériés chômés ?

Le jour férié chômé est payé dès lors que les salariés totalisent 3 mois d’ancienneté dans l’entreprise ou l’établissement, sauf dispositions conventionnelles plus favorables (art. L. 3133-3 CT).

  1. Cette condition d’ancienneté s’applique-t-elle aux salariés permanents ?

L’accord du 23 janvier 1986 prévoit que l’intervention de jours légalement fériés, non travaillés, ne peut avoir pour effet de réduire la rémunération. Aucune condition d’ancienneté n’est donc applicable pour les salariés permanents.

  1. Cette condition d’ancienneté s’applique-t-elle aux salariés intérimaires ?

Les salariés intérimaires bénéficient du paiement des jours fériés chômés, sans aucune condition d’ancienneté (art. L. 3133-3 al. 3 CT).

  1. Peut-on prévoir une clause de suspension du contrat de travail pour le jour férié ?

Il n’est pas possible de prévoir dans le contrat que le jour férié qui tombe pendant la mission ne sera pas payé. En effet, une mention selon laquelle cette journée ne serait ni travaillée ni rémunérée n’est pas juridiquement valable pour le jour férié car ce serait contraire au Code du travail (art. L. 3133-3 al. 3 CT).
Ainsi, dès lors que le jour férié est compris pendant la mission du salarié intérimaire, il doit lui être payé.

 

II. Incidences des absences pour le paiement des jours fériés chômés

  1. Que se passe-t-il lorsque le jour férié tombe pendant les congés payés ?

Lorsqu’un jour férié tombe pendant les congés payés du salarié et qu’il s’agit d’un jour ouvrable, 2 situations sont à distinguer (cf. note « Congés payés ») :
– lorsque le jour férié est chômé dans l’entreprise, il n’est pas décompté au titre des congés payés ;
– lorsque le jour férié est travaillé dans l’entreprise, il est décompté au titre des congés payés.

  1. Que se passe-t-il lorsque le jour férié tombe pendant une période de suspension du contrat ?

Si le contrat de travail prévoit une période de suspension (congés sans solde, congé sabbatique, congé parental …) et qu’un jour férié tombe pendant cette période, il ne sera pas dû au salarié.
En effet, pendant ces périodes de suspension, le salarié ne peut prétendre à aucune rémunération, même au titre du jour férié.

  1. Que se passe-t-il lorsque le jour férié tombe le jour de repos du salarié ?

En principe, le jour férié n’est pas dû puisque le salarié n’aurait pas dû travailler ce jour-là et donc ne pas percevoir de rémunération.
Ex : Un salarié qui ne travaille pas le vendredi ne bénéficiera pas du paiement du jour férié qui tombe le vendredi.

En effet, en l’absence de dispositions légales, l’employeur n’a aucune obligation de rémunération. Toutefois, un accord de branche, un accord d’entreprise, un usage ou un engagement unilatéral de l’employeur peut prévoir des dispositions particulières lorsque le jour férié tombe un jour habituellement non travaillé par le salarié (autre jour férié, jour de repos hebdomadaire …) telles que compensation ou nombre précis de jours fériés chômés dans l’année (ex : HCR).

Pour les salariés dont le jour de repos n’est pas fixe, il convient de se référer au planning prévu au contrat de travail.

  1. Que se passe-t-il lorsque le salarié est malade pendant un jour férié ?

Si le salarié est en arrêt maladie pendant un jour férié, il ne sera pas payé au titre du jour férié en tant que tel. En effet, le contrat de travail du salarié étant suspendu pendant cette période, et le salarié bénéficiant de l’indemnisation versée par l’Assurance maladie, l’employeur n’est pas tenu de maintenir la rémunération du salarié pour ce jour férié.
Si l’employeur maintient la rémunération du salarié au titre de l’indemnisation complémentaire, il va verser au salarié sa rémunération comprenant le jour férié.

 

FICHE 3 : Rémunération des jours fériés chômés

 

  1. Le jour férié chômé compris dans la mission du salarié intérimaire doit-il être
    payé ?

Le salarié intérimaire bénéficie du paiement du jour férié compris dans sa mission, dès lors que les salariés permanents de l’EU en bénéficient (art. L. 1251-18 CT). Si une condition d’ancienneté est applicable dans l’EU pour le paiement des jours fériés chômés, elle ne sera donc pas applicable aux salariés intérimaires.
En effet, la circulaire du 29 août 1992 précise « qu’aucune condition d’ancienneté ne peut être opposée aux salariés intérimaires même si les salariés de l’utilisateur se voient imposer une telle condition pour bénéficier du paiement des jours fériés » (Q/R n° 62).

  1. Sur quelle base le jour férié chômé doit-il être payé ?

Le salarié intérimaire doit être indemnisé sur la base de l’horaire qu’il aurait dû effectuer ce jour-là, car cela correspond à un maintien de salaire.
Ex : Si le jour férié tombe un mardi par exemple et que le contrat de mission indique un horaire de travail de 8 heures le mardi, le salarié intérimaire devra être payé 8 heures pour ce jour férié.

La rémunération maintenue comprend toutes les primes inhérentes à la nature du travail, mais ne comprend pas les remboursements de frais professionnels dans la mesure où le salarié n’engage pas ces dépenses. En revanche, si le salarié perçoit des remboursements de frais calendaires et qu’il est resté sur son lieu de déplacement, il a droit au paiement du jour férié.

  1. Le salarié intérimaire doit-il être présent la veille et le lendemain du jour férié pour prétendre au paiement du jour férié ?

Aucune disposition légale ou réglementaire n’impose aux salariés intérimaires la présence dans l’entreprise la veille et le lendemain du jour férié pour que celui-ci lui soit payé.
En effet, la seule règle à retenir est celle selon laquelle le jour férié chômé est payé au salarié intérimaire dès lors que ce jour férié est compris dans sa mission.

  1. Que se passe-t-il si le jour férié se situe entre 2 missions dans l’EU ?

Lorsqu’une mission s’achève normalement la veille d’un jour férié, celui-ci n’est pas dû au salarié intérimaire. Toutefois, lorsque le salarié reprend une autre mission, dans la même EU, le lendemain du jour férié, celui-ci est dû au salarié intérimaire, s’il s’agit, dans les faits, de la continuation de la mission précédente (avis d’interprétation de la CPPN-TT relatif aux jours fériés du 4 avril 1990).
Ex : Si une mission s’achève un vendredi et que le lundi suivant est férié, le salarié intérimaire pourra prétendre au paiement de ce jour férié, s’il reprend une nouvelle mission le mardi suivant, sur le même poste que celui de la mission précédente et dans la même EU.

Par extension, cette position est également applicable s’il y a un pont dans l’EU

  1. Les jours fériés entrent-ils dans le calcul des heures supplémentaires ?

En l’absence de dispositions légales ou conventionnelles, ou d’un usage contraire en vigueur dans l’entreprise, les jours fériés chômés ne peuvent être assimilés à du temps de travail effectif (Cass. soc. 1er décembre 2004, n° 02-21.304 ; Cass. soc. 4 avril 2012, n° 10-10.701).
En conséquence, s’il n’y a pas d’accord ou d’usage, les jours fériés chômés n’ont pas à être pris en compte pour le décompte des heures supplémentaires. 
Il conviendra donc de se rapprocher de l’EU pour savoir s’il y a lieu ou non de prendre en compte les heures du jour férié pour le décompte des heures supplémentaires des salariés intérimaires. En effet, en application du principe d’égalité de traitement, ces derniers bénéficieront des mêmes règles que les salariés permanents de l’EU.

  1. Les jours fériés sont-ils comptabilisés pour l’acquisition des JRTT ?

Les jours fériés chômés, sauf lorsqu’ils sont assimilés à du travail effectif, réduisent à due proportion le nombre d’heures de repos (Circulaire DRT n° 2000-03 du 3 mars 2000).
Autrement dit, les jours fériés chômés qui ne sont pas assimilés à du temps de travail effectif sont exclus du décompte de la durée du travail et ne génèrent donc pas de JRTT.

  1. La rémunération du jour férié est-elle prise en compte pour le calcul des allègements de charges sociales ?

La rémunération versée à l’occasion d’un jour férié chômé entre dans l’assiette de calcul des allégements de charges sociales.
En effet, la rémunération prise en compte en matière d’allégement est la rémunération brute versée au salarié et soumise à cotisations sociales, c’est-à-dire l’ensemble des éléments de rémunération, en espèce ou en nature, attribués en contrepartie ou à l’occasion du travail, quelle que soit leur dénomination (salaire, prime, majoration pour heures supplémentaires, indemnité notamment de congés payés ou en cas de maladie).

 

FICHE 4 : Jours fériés travaillés

 

  1. Les jours fériés peuvent-ils être travaillés ?

Le seul jour férié qui est obligatoirement chômé est le 1er mai (art. L. 3133-4 CT). Il est aussi obligatoirement rémunéré par l’employeur (art. L. 3133-5 CT).
Cela veut donc dire que les autres jours fériés peuvent légalement être travaillés, sauf si un accord collectif d’entreprise ou d’établissement, un accord de branche ou une décision unilatérale de l’employeur a défini une liste de jours fériés chômés.
Concernant les salariés intérimaires, il faut donc vous rapprocher de l’EU pour savoir si le jour férié compris dans la mission est chômé ou travaillé dans l’entreprise.

  1. Existe-t-il une dérogation au chômage du 1er mai ?

Le 1er mai peut être travaillé dans les établissements et services qui, en raison de la nature de leur activité, ne peuvent interrompre le travail. Les salariés travaillant le 1er mai ont droit, en plus du salaire correspondant au travail accompli, à une indemnité égale au montant de ce salaire versée par l’employeur (art. L. 3133-6 CT). Les heures travaillées le 1er mai sont donc majorées à 100 %.
Ces établissements ne sont pas définis par la loi, mais correspondent généralement aux établissements qui bénéficient déjà, par ailleurs, d’une dérogation au repos dominical des salariés : usines à feu continu, transport, HCR, hôpitaux… (cf. note « Travail du dimanche »).

  1. Les jeunes salariés peuvent-ils travailler les jours fériés ?

Les jeunes salariés et apprentis de moins de 18 ans ne sont pas autorisés à travailler pendant les jours fériés, à l’exception de ceux travaillant dans certains secteurs d’activité en raison des caractéristiques de l’activité (art. R. 3164-2 CT) :
– l’hôtellerie,
– la restauration,
– les traiteurs et organisateurs de réception,
– les cafés, tabacs et débits de boisson,
– la boulangerie,
– la pâtisserie,
– la boucherie,
– la charcuterie,
– la fromagerie-crèmerie,
– la poissonnerie,
– les magasins de vente de fleurs naturelles, jardineries et graineteries,
– les établissements des autres secteurs assurant à titre principal la fabrication de produits alimentaires destinés à la consommation immédiate ou dont l’activité exclusive est la vente de denrées alimentaires au détail,
– les spectacles.

En dehors de ces secteurs d’activité, le travail des jeunes salariés et des apprentis de moins de 18 ans est interdit les jours fériés (art. L. 3164-6 CT).

  1. Comment sont payés les jours fériés travaillés ?

A l’exception du 1er mai qui est majoré à 100 % (voir ci-dessus), les jours fériés travaillés sont rémunérés comme une journée normale de travail et n’ouvrent droit, légalement, à aucune majoration de salaire.
Cependant un accord collectif d’entreprise ou d’établissement, un accord de branche ou une décision unilatérale de l’employeur, voire même un usage applicable dans l’entreprise, peut prévoir une majoration.
Le salarié intérimaire sera alors rémunéré selon les règles en vigueur dans l’EU. Ainsi, lorsqu’il existe des dispositions conventionnelles plus favorables dans l’EU, elles doivent être appliquées aux salariés intérimaires en vertu du principe d’égalité de traitement.
Les salariés permanents du travail temporaire qui ont l’obligation de travailler exceptionnellement un jour férié, recevront, soit une rémunération égale au double de leur salaire, soit un jour de congé compensatoire payé (accord du 23 janvier 1986 – art. 12-1).

 

FICHE 5 : Ponts

 

  1. Existe-il une réglementation particulière pour les ponts ?

La journée précédant ou suivant un jour férié peut donner lieu dans l’entreprise à un « pont ». Cette pratique ne fait l’objet d’aucune réglementation : les décisions en la matière sont prises au niveau de chaque entreprise ou au niveau de chaque établissement et constituent une modification temporaire de l’horaire hebdomadaire.
Chaque entreprise ou établissement peut donc décider que le jour précédant ou suivant un jour férié sera chômé. Ce pont peut être payé, récupéré ou faire l’objet d’un RTT imposé.

  1. Les salariés intérimaires bénéficient-ils du pont payé sans récupération dans l’EU ?

Lorsque l’EU accorde à ses salariés un pont rémunéré, sans exiger une récupération des heures non travaillées, le salarié intérimaire doit en bénéficier dans les mêmes conditions en vertu du principe de l’égalité de traitement.

  1. Un pont payé peut-il être récupéré ?

Les heures perdues à l’occasion d’un pont peuvent être récupérées (art. L. 3121-50 CT).
Un accord collectif d’entreprise ou d’établissement ou, à défaut, une convention ou un accord de branche peut fixer les modalités de récupération des heures perdues (art. L. 3121-51 CT).
A défaut d’accord collectif, les limites et modalités de récupération des heures perdues sont déterminées par décret ( art. L. 3121-52 CT). Ce décret est en attente de publication.

  1. Les salariés intérimaires bénéficient-ils du pont payé avec récupération dans l’EU ?

Lorsque l’EU prévoit des modalités de récupération pour ses salariés, le salarié intérimaire est soumis au même régime, sous réserve que son contrat de mission couvre la période de récupération. Il pourra alors prétendre au bénéfice de ce jour chômé dans la mesure où il donnera lieu de sa part à récupération.

  1. Dans quels cas le salarié intérimaire ne peut-il pas bénéficier du pont payé avec récupération dans l’EU ?

Le salarié intérimaire ne peut en principe prétendre à la rémunération de ce pont lorsque :
– le pont accordé est imputé sur les droits à congés payés,
– le pont a fait l’objet ou va faire l’objet d’une récupération se situant en dehors de la période de mise à disposition,
– la durée de sa mission est insuffisante pour prétendre à la prise de JRTT dans l’EU.

  1. Peut-on prévoir sur le contrat que le salarié intérimaire ne travaillera pas le jour du pont et ne sera pas payé ?

Il est tout à fait possible de prévoir sur le contrat de mission du salarié intérimaire une période de suspension non rémunérée pour cette journée de pont fixée dans l’EU. Dans ce cas, il est impératif d’indiquer sur le contrat : « journée du X non travaillée non rémunérée ».
A défaut d’une telle mention, le salarié intérimaire pourra demander le bénéfice du pont rémunéré sans récupération dans l’EU puisqu’il n’a pas été averti par l’ETT de cette interruption de travail et s’est tenu à la disposition de l’EU.
De plus, il s’est vu garantir par contrat, un nombre d’heures de travail. Le jour chômé ne peut donc avoir pour effet de diminuer le montant de sa rémunération résultant d’un nombre d’heures de travail garanti contractuellement.
Une clause inscrite dans un contrat de travail temporaire prévoyant que « les ponts en vigueur dans l’EU ne donneront lieu à aucune indemnisation » est nulle, car elle est contraire au principe d’égalité de traitement entre les salariés permanents et les salariés intérimaires.

télecharger au format PDF

source : Note juridique Prism’emploi